Europe 1914

Europe politico-économique de 1914.

La guerre de 1914-1918 fut la première du genre qui impliqua autant de nations dans un même conflit. Jamais une telle échelle et une telle intensité n’avaient été atteintes jusqu’alors. On estime qu’elle a mobilisé près de 60 millions de soldats dont près de la moitié a été tuée ou blessée.
Elle a engendré de grands changements géopolitiques qui ont profondément marqué l’évolution du 20ème siècle.
Elle a conduit à l’éclatement de grands empires (Autriche Hongrie, Russie, Empire ottoman) ou à leur disparition (Empire germanique). Les cartes ont été redessinées et certaines monarchies ont été remplacées par des républiques (démocratiques ou totalitaires).
À l’issu de cette guerre, une Société des Nations a été créée, introduite par le traité de Versailles, dont le but était d’éviter qu’un conflit du même ordre ne se reproduise.
On considère que son déclenchement fut l’aboutissement de nombreux différends parmi lesquels certains se sont réglés par la voie diplomatique. Ces différends ont attisé les rancoeurs et le désir de revanche. La France par exemple ne s’est toujours pas remise de l’annexion de l’Alsace et de la Lorraine à l’issue de la guerre de 1870 ( intégration à l’empire allemand en 1871) et un très fort sentiment germanophobe s’est installé dans le coeur des Français.
Le début du 20ème siècle connut de nombreux incidents de frontière entre l’Allemagne et la France, dont la fameuse crise d’Agadir en 1911. Le sultan Moulay Abd al-Hafid, menacé par une révolte, demande à la France de lui prêter main-forte. En mai, les troupes françaises occupent Rabat, Fès et Meknès. L’Allemagne, inquiète pour ses prétentions sur le Maroc, considère cette occupation comme une violation des accords d’Algésiras et décide de réagir.
On perçoit déjà les prémices d’une conflagration qui deviendra inévitable. Un élan ultra nationaliste savamment entretenu par une propagande appropriée, se crée, dans certains pays, qui va avoir pour conséquence la volonté avérée d’entrer dans le conflit.

Rivalités politiques et économiques entre les grandes puissances européennes

À la fin du 19ème siècle, l’Europe domine le monde dans tous les domaines : l’armée, la technologie, l’économie, la finance et la politique. Le Royaume-Uni, surtout, mais également la France, possède un empire colonial immense qui lui permet de régner sur le commerce mondial et sur l’exploitation des richesses des colonies.
L’Empire britannique, où le soleil ne se couche jamais, est le plus vaste. Les Anglais contrôlent tous les points maritimes stratégiques importants : Gibraltar, Singapour, Le Cap, le canal de Suez. La principale colonie de cet empire est l’Empire des Indes, centre stratégique britannique en Orient.
Le Royaume Uni contrôle également des Dominions, pays qui sont indépendants pour leur politique intérieure mais liés pour la politique extérieure. Ces Dominions, Canada, Terre-Neuve, Australie, Nouvelle-Zélande et Afrique du Sud sont des pays à forte population blanche et représentent à eux cinq des ressources importantes. Le Royaume-Uni et la France se partagent pratiquement toute l’Afrique. Seuls le Liberia et l’Éthiopie sont indépendants
L’Est est sous le contrôle du Royaume-Uni et s’étend de l’Égypte à l’Afrique du Sud.
L’Ouest est sous celui de la France. L’Allemagne, qui possède un empire colonial limité, est arrivée trop tard dans la compétition. Elle manifeste ses prétentions sur le Maroc (crise de 1905 et 1911 avec la France). L’empire turc ottoman est placé sous la tutelle économique et financière de l’Allemagne.

À défaut de posséder un empire colonial important, l’Allemagne dispose néanmoins d’une économie florissante et elle inonde les marchés français et britannique de ses produits. Elle se lance dans un développement militaire important ce qui n’est pas sans inquiéter les autres pays européens, notamment le Royaume-Uni. Face au danger potentiel commun qui se profile, la France et le Royaume Uni qui se disputent pourtant les colonies africaines finissent par trouver un compromis.

Quelques incidents diplomatiques ont lieu au Maroc entre la France et l’Allemagne et en Tunisie entre la France et l’Italie. À la suite de la campagne française en Tunisie et des opérations britanniques dans le Nil, l’Allemagne engage une politique étrangère agressive sous l’impulsion de Guillaume II qui veut être présent partout dans le monde.

La « poudrière balkanique ».

Entre 1912 et 1913 deux guerres embrasent les Balkans.Elles sont souvent présentées comme une répétition générale du premier conflit mondial. Leurs conséquences restent à priori relativement limitées.
L’empire ottoman se disloque suite aux guerres balkaniques. Les pays issus de sa décomposition s’affrontent. La Serbie, qui souhaite obtenir un débouché maritime, soutient les Slaves des Balkans. Elle est l’alliée des Russes. La Russie souhaite également étendre son influence jusqu’aux pays méditerranéens et profite à cette occasion des alliances qu’elle a avec les Slaves des Balkans pour lesquels elle a souvent prêté son appui.
Le 18 octobre 1912, une coalition qui réunit la Serbie, la Bulgarie, la Grèce et le Monténégro lance une attaque contre la Turquie. Après trois semaines la guerre est terminée. La Serbie et la Grèce se partagent la Macédoine dont les Bulgares réclament une partie. A la fin de 1912, une conférence internationale se réunit pour dénouer le problème du sud-est de l’Europe avec pour conséquences, la naissance de l’Albanie.
Eté 1913, la Bulgarie attaque la Serbie et la Grèce pour récupérer une partie des territoires conquis. Après l’intervention de ses voisins roumains inquiets des ambitions bulgares et turcs qui souhaitent récupérer une partie des territoires, le traité de Bucarest (10 août 1913) met fin au conflit. La Bulgarie doit renoncer à la Macédoine. Ce sont ces intérêts divers et la poussée des nationalismes dans la région qui contribuèrent à faire des Balkans une poudrière qui embrasera l’Europe à l’été 1914.

Les alliances.

La France, le Royaume-Uni et la Russie s’allient dans le cadre de L’Entente Cordiale créée le 31 août 1907.
L’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’Italie se sont déjà alliées en 1882 dans le cadre de la Triple Alliance sous l’impulsion de Bismarck. La Roumanie y sera secrètement associée par la suite.

Ces deux alliances sont en constante rivalité tant sur le plan des colonies, que territorial. Dans ces pays, la course aux armements s’accélère. Dans la logique de guerre qui s’installe, les dépenses militaires augmentent considérablement, le matériel se modernise et le service national est allongé (3 ans pour la France au lieu de 2).

world_map

Haut de page

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Mille fois recrucifiés au calvaire de Verdun

Meuse-Argonne

A site dedicated to the Meuse-Argonne Offensive, 26 Sept. to 11 Nov. 1918.

Verdun 1916

Mille fois recrucifiés au calvaire de Verdun

Le blog d'Eskimon

Tutoriels Arduino (ou pas) et articles divers

Stenay dans la Grande Guerre

Au combat ou sous l'occupation ; Haut les coeurs !

L'Argonne à l'heure 14:18

Tout sur la Grande Guerre en Argonne de 1914 à 2018

La gazette de Souain

Le journal de liaison des réfugiés

Les combats de l'Argonne en 14-18

Histoire des combats - Témoignages de combattants - Dossiers thématiques - Photos d'époque - Photos du terrain aujourd'hui - Cartes

%d blogueurs aiment cette page :